1 %.

1 % de la population américaine adulte se trouve en prison, soit 2,3 millions de personnes sur une population totale de 230 millions d’adultes.

Les chiffres officiels sont moins élevés, de l’ordre de 1 pour 130, mais ils comprennent toute la population et pas seulement la population adulte.

Pour avoir une idée de ce que cela représente, en France, une proportion de 1 % signifierait que 490.000 individus seraient incarcérés, alors qu'ils ne sont qu'un peu plus de 60.000 actuellement...  

Les statistiques par groupe sociologiques sont plus frappantes encore. Sont en prison :

  • 1 hispanique sur 36 ;
  • 1 noir sur 15 ;
  • 1 homme noir entre 20 et 34 ans sur 9 (plus de 10 % !) ;
  • 1 femme noire sur 100 (contre une femme blanche sur 355). 

j0400848_1_

Bien des commentateurs s’arrêteraient là, laissant les chiffres parler d’eux-memes, laissant les statistiques condamner irrémédiablement le système judiciaire américain.

Il faut cependant aller au-delà de ces données, qui appellent plusieurs commentaires :

          1 - La société américaine est une société violente : les armes y sont facilement disponibles, le taux de criminalité est élevé, la richesse est abondante et les écarts de fortune significatifs.

          2 - Dans un pays au système de protection sociale relativement restreint, les filets de sécurité sociaux interdisant à certain de faire du crime un moyen de subsistance n'existent (presque) pas. Il est bien évident qu'un système de protection sociale développé ne rend pas nécessaire de s'approprier par la violence le bien d'autrui puisqu'un bulletin de vote est suffisant.

          3 – Le principe de cumul des peines ne trouve pas application aux Etats-Unis. En France, pour faire simple, les peines les plus lourdes « absorbent » les peines les plus faibles, de sorte que celui qui aura commis un vol et un meurtre, par exemple, ne sera poursuivi et puni que pour le meurtre (conseil : si vous tuez, volez aussi !), alors que tous les crimes et délits seront punis aux Etats-Unis. De même, si, en France vous commettez plusieurs meurtres, la peine qui vous purgerez s’alignera sur la plus élevée prononcée, alors qu’aux Etats-Unis, les peines s’additionneront, aboutissant parfois à des condamnations à plusieurs siècles de prison.

           4 – Les remises de peine sont moins fréquentes aux Etats-Unis qu’en France. Selon les Etats, il n’est pas rare que les condamnés soient tenus, même en cas de bonne conduite, de purger au minimum les deux tiers de la peine que le jury a jugé bon de leur attribuer.

           5 – Les sanctions pénales sont lourdes et les juges fréquemment élus au suffrage universel. 

 Xavier Chabeuf, Esq.